đŸ‘šđŸœâ€đŸŽ€ Avec Gojira, le mĂ©tal français enfin Ă  la conquĂȘte du monde ? ( Volume 2 )

AprĂšs un volume 1 sur les dĂ©buts du mĂ©tal français dans les annĂ©es 70 et 80 voici le tour des 90’s !

La dĂ©cennie 90 : une scĂšne alternative dynamique en marge des tĂȘtes d’affiche

En plus des querelles d’egos et de la fatigue des tournĂ©es, ces groupes souffrent du dĂ©clin du heavy metal traditionnel Ă  la fin des annĂ©es 80 comme des spĂ©cificitĂ©s de leur pays d’origine. Le marchĂ© français des musiques extrĂȘmes n’est pas des plus dĂ©veloppĂ©s et manque de rampes de lancement (le Hellfest ne sera crĂ©Ă© qu’en 2006). Comme dans le reste du rock n’roll, la scĂšne metal tricolore est plus suiviste que pionniĂšre et soumise Ă  la concurrence d’artistes internationaux solidement Ă©tablis. Pour ceux qui chantent en français, la barriĂšre de la langue est difficile Ă  surmonter. D’oĂč une certaine frilositĂ© des maisons de disques, voire un choix de raison fait par d’excellents groupes français de restreindre leur ambition Ă  leur scĂšne nationale, voire rĂ©gionale.

La dĂ©cennie 90 est avant tout celle de l’hybridation du metal avec le rap, le hip-hop, le punk hardcore et les sons industriels ou Ă©lectroniques. En 1994, la scĂšne alternative parisienne, dynamique et trĂšs engagĂ©e politiquement, fait l’objet d’articles dans la presse gĂ©nĂ©raliste et spĂ©cialisĂ©e anglo-saxonne. 

Si les bons connaisseurs du mĂ©tal Ă  travers le monde peuvent citer un ou plusieurs groupes français, ces derniers ne sauraient encore prĂ©tendre au statut de tĂȘtes d’affiche de grands festivals, ni de poids lourds au mythique classement amĂ©ricain du Billboard. Les meilleurs sont identifiĂ©s comme des seconds rĂŽles de qualitĂ©.

Stay tuned le dernier volume trùs bientît... ! 👀