đŸ€žđŸ»â€â™€ïž Gymnastique : les cinq figures les plus dingues rĂ©alisĂ©es pendant les JO

La gymnastique est un sport de niche, d’élite mĂȘme selon ses partisans. Le fait est qu’un saut carpĂ©, mĂȘme exĂ©cutĂ© de maniĂšre admirable, ne soulĂšvera jamais la mĂȘme fureur qu’un mauvais tir en pleine lucarne un soir de Coupe d’Europe. Et pourtant
 La gym est un sport bien vivant, bouillonnant, oĂč l’on bat encore frĂ©quemment des records. Et pour le prouver aux nĂ©ophytes, quoi de mieux qu’une petite sĂ©lection des figures les plus impressionnantes et novatrices (voire carrĂ©ment dangereuses) de ces derniĂšres annĂ©es ? 

Ne vous fiez pas Ă  leurs lycras moulants et leurs slips fluos : les gymnastes sont des dingues. Sport de niche ? Non : sport extrĂȘme !

#5 - Double salto avant avec une demi-vrille 

Lilia PodkopaĂŻeva (Ukraine)
Finale du concours gĂ©nĂ©ral, JO d’Atlanta (1996)

Vous n’ĂȘtes pas « gymnologue » ? Vous ne connaissez pas la diffĂ©rence entre un cheval d’arçon et un canasson ? Pas de panique. Nous allons commencer par quelques dĂ©finitions
 D’abord, sachez que le concours gĂ©nĂ©ral est l’épreuve reine en gymnastique, puisqu’elle impose au gymnaste un passage sur chaque agrĂšs. Les agrĂšs, ce sont les diffĂ©rentes sous-disciplines de la gym. Il y en a six chez les hommes (sol, cheval d'arçon, anneaux, saut de cheval, barres parallĂšles et barre fixe) et quatre chez les femmes (sol, barres asymĂ©triques, poutre et saut de cheval). Le total des points rĂ©coltĂ©s sur chaque agrĂšs dĂ©finit le vainqueur. Pour ĂȘtre le meilleur, il faut donc ĂȘtre particuliĂšrement polyvalent.

Et c’est justement le cas de Lilia PodkopaĂŻeva - une lĂ©gende de la discipline. Sa grĂące et son Ă©lĂ©gance rares ont fait sa rĂ©putation, mais c’est aux Jeux Olympiques d’Atlanta qu’elle marque l’Histoire. Lors de son dernier agrĂšs (le sol), elle rĂ©alise un double salto avant terminĂ© par une demi-vrille, qui lui permet de dĂ©crocher la mĂ©daille d’or. TrĂšs peu de femme ont reproduit cette prouesse depuis - Ă  l’exception notable de la canadienne Brooklyn Moors.

#4 - Tsukahara double arriÚre groupé avec vrille

Ri Se Gwang (Corée du Nord)
Final par agrĂšs / saut de cheval, JO de Rio (2016)

            Mitsuo Tsukahara fut une lĂ©gende de la gymnastique dans les annĂ©es 1960-1970. Non content d’avoir raflĂ© cinq fois la mĂ©daille d’or aux Jeux Olympiques, ce japonais a Ă©galement imprimĂ© son nom sur toute une famille de figures, copieusement virevoltantes, effectuĂ©es au saut de cheval.

            Quand Ri Se Gwang se prĂ©sente en 2016, il est dĂ©jĂ  double champion du monde au saut de cheval. Et pourtant, il ne se repose pas sur ses lauriers, trouvant l'audace de repousser les limites avec une figure inĂ©dite, l’une des plus difficiles jamais effectuĂ©es : un double salto arriĂšre avec une vrille dans le second envol. Il devient alors le second nord-corĂ©en Ă  remporter l’or aux Jeux Olympiques.

#3 - LĂącher de barre, salto arriĂšre tendu avec une vrille et demi

Emilie Le Pennec (France)
Finale par agrĂšs / barres asymĂ©triques, JO d’AthĂšnes (2004)

Chaque sport semble avoir son vivier gĂ©ographique. Les Etats-Unis dominent l’athlĂ©tisme, les pays latins s’illustrent avec le football, et les occitans demeurent champions du monde en ventriglisse (avouez que vous venez d’apprendre un truc). Et la gymnastique ? Ce sport fut pendant longtemps spĂ©cialitĂ© de l’Union SoviĂ©tique. Durant les annĂ©es 1990, la Russie, la Chine, et la Roumanie continuent de se disputer le podium, tandis que les Etats-Unis font une remontĂ©e trĂšs spectaculaire depuis le milieu des annĂ©es 2000. Et la France ? Eh bien
 Disons que la gymnastique n’est pas un sport bleu-blanc-rouge. 

            NĂ©anmoins. 

L’impossible arrive.

            Emilie Le Pennec n’a pas dix-huit ans quand elle remporte l’unique mĂ©daille olympique jamais dĂ©crochĂ©e par une Française en gymnastique. Elle y parvient notamment grĂące Ă  une figure spectaculaire, rarement rĂ©alisĂ©e par les hommes et presque jamais par les femmes : le Def (du nom de Jacques Def, un Français, qui fut le premier Ă  la rĂ©ussir).

            Les aficionados de la discipline se souviennent certainement de cette finale historique dans laquelle survient une deuxiĂšme surprise de taille : la chute de Svetlana Khorina, pourtant archi-favorite, championne du monde incontestĂ©e, presque imbattue jusqu’alors
 L’impossible, on vous dit.

#2 - Double salto arriĂšre, triple vrille

Simone Biles (USA)
Qualifications / exercices au sol, JO de Tokyo (2021)

Attention. Figure numĂ©ro deux - on s’approche des Ă©toiles.

            Et Simone Biles en est une. Elle est souvent considĂ©rĂ©e comme LA meilleure gymnaste de tous les temps, Ă  tel point qu’elle a baptisĂ© non pas une, mais deux figures au sol - qu’il faut bien nommer Biles 1 et Biles 2. La seconde, d’ailleurs, est une prouesse qu’elle seule a rĂ©alisĂ©. Ce qui lui vaut la deuxiĂšme place de ce classement.

            Malheureusement, la carriĂšre de Simone s'interrompt plus ou moins brutalement en 2021, aux JO de Tokyo, quand elle fait l’expĂ©rience dĂ©sagrĂ©able d’une “perte de figure”, un phĂ©nomĂšne neurologique mal expliquĂ© qui fait perdre Ă  certains athlĂštes tous leurs repĂšres spatiaux. Si les pertes de figure sont redoutĂ©es par les gymnastes, elles affectent aussi (bizarrement) les joueurs de baseball, de cricket, et de golf. Heureusement, jusqu’à aujourd’hui, les champions de ventriglisse semblent Ă©pargnĂ©s. 

#1 - le triple salto arriĂšre carpĂ© 

Nikita Nagornyy (Russie)
Final par agrĂšs / exercice au sol, JO de Tokyo (2021)

Les choses les plus simples sont parfois les meilleures, mais aussi les plus délicates à réussir - tous les cuisiniers vous le diront.

            Ainsi va le triple salto arriĂšre carpĂ©. Comprenez : un triple saut pĂ©rilleux arriĂšre, jambes tendues, le corps flĂ©chi Ă  90°. Sur le sol, pieds nus, sans trampoline ni trucage. Nikita reste aujourd’hui l’unique personne Ă  avoir rĂ©alisĂ© cette figure, qui porte Ă©galement son nom. Dans le code de pointage (un grimoire publiĂ© par la FĂ©dĂ©ration Internationale de Gymnastique), cette figure est classĂ©e I. Autrement dit, c’est la plus forte difficultĂ© jamais rĂ©alisĂ©e pour une Ă©preuve au sol.