đŸŽ€ Rapologie : l'art du rap en 3 ingrĂ©dients (partie3)

#3 - La musique

Les mots “rap” et “hip-hop” sont souvent utilisĂ©s de maniĂšre interchangeable - Ă  tort. Car le rap dĂ©signe “seulement” une maniĂšre de chanter, caractĂ©ristique du hip-hop, tandis que le hip-hop dĂ©signe un mouvement culturel plus large, incluant une danse (le break), un art pictural (le graffiti), mais aussi des façons de concevoir et de jouer de la musique, Ă  savoir le beatboxing et surtout le DJing.

Le hip-hop Ă©merge dans les annĂ©es 1970, dans les quartiers pauvres de New-York, en particulier dans le Bronx. A ce sujet, n’hĂ©sitez pas Ă  regarder la sĂ©rie « The Get Down » pour revivre toute cette Ă©poque. Ces populations n’avaient pas forcĂ©ment accĂšs aux instruments classiques. Ils dĂ©cident de crĂ©er de la musique avec l’outil normalement conçu pour jouer de la musique : la platine vinyle. À partir de lĂ  s’est dĂ©veloppĂ© l’art du mix, du sample, du scratching, et ainsi de suite. 

Depuis, la technologie a bien Ă©voluĂ©. DĂšs les annĂ©es 1980, les synthĂ©tiseurs et les boĂźtes Ă  rythme ont agrĂ©mentĂ© le style. Dr Dre, par exemple, est connu pour avoir fait une utilisation pertinente de toutes ces techniques Ă  la fois. Ses titres les plus connus pouvaient inclure des samples (comme celui d’une chanson d’Aznavour) et par-dessus des mĂ©lodies originales, souvent jouĂ©es avec le mythique synthĂ©tiseur analogique Moog.

Aujourd’hui, le plus souvent, les rappeurs composent leurs musiques avec des ordinateurs. Les frontiĂšres du genre ont explosĂ©. Toutes les attitudes, toutes les atmosphĂšres sont expĂ©rimentĂ©es. 

L’atmosphĂšre planante du cloud rap, dont le groupe emblĂ©matique reste PNL, semble aussi populaire que le rap dansant et syncopĂ© de Jul, oĂč les paroles s’effacent au profit des rythmiques africaines et latines. Kanye West, voulant un style futuriste pour son album Yeezus, a fait appel aux pontes de l’électro française comme les Daft Punk, Gesaffelstein ou Brodinski. Dans le mĂȘme temps, certains artistes reviennent aux fondamentaux, comme Kendrick Lamar, dont l’album To Pimp a Butterfly s’inspire de la musique funk et jazz


undefined

En fait, le rap semble avoir la capacitĂ© de s’hybrider avec n’importe quel autre style, d'oĂč la multitude d'expĂ©riences rap-rock des annĂ©es 90, ou le rap-accordĂ©on-musette du groupe français Java, le rap-house-queer de Cakes da Killa, jusqu’aux fusions extrĂȘmes du rap et de la musique noise-expĂ©rimentale du groupe culte Death Grips
 Les limites du genre sont loin d'ĂȘtre atteintes !

 Le rap est nĂ© dans les marges et les faubourgs. Et pourtant il a suffit de quarante ans pour qu’il s’installe  dans notre quotidien. Il a mĂȘme fini par gagner ses lettres de noblesse au sommet de la sociĂ©tĂ©. Pour preuve, Kendrick Lamar est laurĂ©at 2018 du prestigieux prix Pulitzer pour son album Damn. Une premiĂšre pour un artiste de hip-hop
 A quand le Goncourt pour un de nos rappeurs français ?

Et comme tout finit souvent en musique, voici une playlist Rap at Accor Arena.