đŸŽ€ Rapologie : l'art du rap en 3 ingrĂ©dients (part 2)

#2 - Les paroles

Le rap, Ă  la base, sert Ă  dire qui l’on est, d’oĂč l’on vient. On reprĂ©sente ses potes, son quartier, sa communauté  Cet Ă©tat d’esprit frise parfois la caricature dans le gangsta rap et les querelles d’égos entre cĂ©lĂ©britĂ©s, au point d’occulter, aux yeux du profane, la trĂšs grande richesse du rap en gĂ©nĂ©ral.

Car le rap, de MC Solaar Ă  Oxmo Puccino, en passant par les textes raffinĂ©s du bordelais Fayçal, c’est aussi de la poĂ©sie, de l’érudition, de la sensibilitĂ©. Certains rappeurs n’hĂ©sitent pas Ă  jouer avec les mots, les sonoritĂ©s et les figures de style pour nous Ă©tourdir. Kacem Wapalek est maĂźtre en ce domaine - sa chanson Des chiffres et des lettres, par exemple, ressemble Ă  un exercice d’équilibriste.

Sur le fond, le rap Ă©chappe Ă  toutes les catĂ©gorisations. Vous le croyez misogyne ? Pourtant, GaĂ«l Faye n’hĂ©site pas Ă  diviniser sa compagne dans une chanson enflammĂ©e, simplement intitulĂ©e : Ma Femme. Le rap ne dĂ©fendrait pas d’autres valeurs que l’argent et le succĂšs ? Kerry James, rappeur conscient et politisĂ© depuis plus de vingt ans, n’est certainement pas de cet avis puisqu’il n’hĂ©site pas, dans ses textes, Ă  critiquer vertement les rappeurs trop hĂ©donistes et tournĂ©s sur eux-mĂȘme


undefined

Bien sĂ»r, si les paroles de rap ont du fond, elles ont Ă©galement une forme. Et cette forme fait presque toujours une belle place aux rimes. Un peu, beaucoup, passionnĂ©ment
 Si certains rappeurs se contentent de rimes pauvres, la plupart visent les rimes de plusieurs syllabes. D’autres encore vont jusqu’à faire rimer des phrases entiĂšres. On appelle ça des “vers holorimes” ; on en trouvait chez Jacques PrĂ©vert ou chez Victor Hugo, maintenant, on en trouve chez Nekfeu (en France) ou chez MF Doom (aux Etats-Unis). 

"Aventurier de l'inconnu, avant tu riais de l'inconnu"
                                                - Nekfeu -

            À noter que contrairement Ă  la poĂ©sie classique, les rimes du rap peuvent aussi bien se situer Ă  la fin des phrases qu’au milieu, voir en plein milieu des mots (on parle alors de “pattern” ou de “rhyme scheme”), le but Ă©tant de crĂ©er des dynamiques intĂ©ressantes avec les sons  - comme Al Kapote faisant rimer “flow d’bonhomme” avec “eau d’Cologne” (l'altĂ©ration du son “o” rythmant les phrases).

Autre exemple avec les paroles suivantes, issues de la chanson “Par Toutatis” de Vald. Ici, ce qui compte, c’est l’alternance rĂ©pĂ©tĂ©e des sons “o” et “i”, peu importe la place qu’ils occupent dans le mot ou dans la phrase :  Oki doki, j'doggin' vos rimes, vos stylos bic morvent. Flows d'immondices hostiles au mic, j'ai l'stylo bic or.

null
null

Stay tuned pour découvrir prochainement le dernier volet de notre petit traité de rapologie !